CheZ VioleTTe

Conférence « Chapes de plomb et plafonds de verre : nouvelle vague de combats féministes. »

6 Novembre 2013 , Rédigé par violette Publié dans #Annonces

Prochaine conférence à la scène nationale de la Rose des Vents (Boulevard Van Gogh à Villeneuve d’Ascq : métro Hôtel de ville)
Mardi 12 novembre à 20 heures
« Chapes de plomb et plafonds de verre : nouvelle vague de combats féministes. »
Avec
·         Françoise Picq, maître de conférences en science politique à l’université de Paris 9, militante historique du MLF, auteur de Libération des femmes, 40 de mouvement, 2010 et de "Féministe encore et toujours", 2012
·         Julie Muret, porte-parole nationale d’Osez le féminisme !
·         Roseline Tiset, militante féministe au niveau local et national (« Femmes, genre, égalité » de la LDH)
·         présentation : Nathalie Rubel, professeur de philosophie, docteur en philosophie
en partenariat avec Citéphilo
 
« Le féminisme, dont l’histoire commence dès le XIXe avec les luttes pour le droit de vote des femmes, avait trouvé un second souffle dans les années 60 et 70. La naissance du MLF interroge la sphère privée comme lieu privilégié de la domination masculine. Depuis ces mobilisations, les rapports hommes-femmes ont changé sur de nombreux sujets : politiques, économiques (loi sur la parité), mais aussi sur la maîtrise du corps (loi sur la contraception et l’avortement, en 1975).
Pourtant, certaines avancées ont stagné avec la butée sur un plafond de verre (non-parité dans les directions, inégalité sociale, exploitation de la femme) et avec l’apparition de chapes de plomb dans les milieux intégristes : (ré)enfermement de la femme, voile du corps, retour des discriminations "dures", recrudescence des violences, viols, lapidations. A l’échelle de la planète, beaucoup de choses restent à faire.
Pour y répondre, de nouvelles pratiques féministes se font jour, avec l’émergence de nouveaux groupes médiatisés : Mix-cité, Ni putes ni soumises, La Barbe, Osez le féminisme, Femen… Assiste-t-on à un retour du féminisme, à sa radicalisation, ou bien à des formes d’expression inédites qui contrastent avec celles des années 70-80 ? Quel sens ? Quelle portée ? Parallèlement, dans le monde arabe, les dernières révolutions ont été marquées par l’irruption des femmes dans les rues du Caire ou de Tunis.
Comment penser l’histoire du féminisme dans une histoire en train de s’écrire ? »

Partager cet article

Commenter cet article